Et maintenant, une loi pour criminaliser les supporters

loi-larrive

Von Jérôme Latta

Depuis des années, les supporters de football sont les cobayes du fichage et des privations de liberté. Dans un contexte d’état d’urgence, susceptible d’être constitutionnalisé et prolongé indéfiniment, ils restent en première ligne.

Cette saison, le nombre des interdictions de déplacements a explosé : 180 à la mi-saison – il y en avait eu trois en 2011/12. Si le motif de l’état d’urgence et de la mobilisation des forces de l’ordre sur d’autres missions en explique la plus grande partie, le nombre des autres a déjà dépassé celui de la saison dernière. Le symptôme d’une politique délibérée, et d’un arbitraire dont les préfets sont les maîtres d’œuvre – peu importe que leurs arrêtés soient tissés d’arguments fantaisistes ou erronés [1].

LÉGALISER ET PRIVATISER LA DISCRIMINATION

La méthode n’est pas seulement le signe d’un abandon de responsabilités et de l’adoption d’une solution de facilité (lire „Les supporteurs victimes de l’état d’urgence“). Elle illustre aussi cet état d’exception dans lequel on court-circuite l’autorité judiciaire pour élargir les pouvoirs de police, en privant une catégorie de citoyens de droits élémentaires. Et elle sert le vieux projet de diabolisation et de criminalisation d’un supportérisme qui embarrasse les dirigeants du football.

Une étape supplémentaire pourrait être franchie si la proposition de loi „renforçant la lutte contre le hooliganisme“, présentée par le député (LR) Guillaume Larrivé, est adoptée. Rédigé avec l’aval de Matignon, le texte prévoit d’abord le doublement de la durée des interdictions administratives de stade : des IAS typiques des décisions prises sans contrôle du juge sur la foi d’informations policières non déclarées (presque toutes annulées quand elles sont contestées devant le tribunal administratif).

Le projet veut aussi autoriser les clubs à tenir un fichier de personnes n’ayant pas respecté les conditions générales de vente ou le règlement intérieur du stade. « Il s’agit une tentative de réhabiliter par la loi des fichiers interdits par la justice », estime Pierre Barthélémy, défenseur de nombreux supporters. Le type de fichiers, pourtant condamnés par la CNIL et le Conseil d’État, utilisés par le PSG pour exclure des supporters déclarés indésirables (anciens membres d’associations, en particulier) alors qu’ils ne faisaient pas l’objet d’une IAS. En d’autres termes, la loi accorderait « à des sociétés commerciales non-contrôlées un moyen de ficher pour des raisons très obscures », insiste l’avocat – une concession qui devrait être considérée comme intolérable dans un État de droit.

PROVOQUER PLUTÔT QUE DIALOGUER

Les pouvoirs publics ont, en bonne entente avec la Ligue qui prône cette orientation, opté pour la répression et l’absence de tout dialogue, malgré la multiplication des initiatives pour fédérer les supporters et proposer des interlocuteurs. En Allemagne, où les risques liés au hooliganisme étaient bien plus grands qu’en France, et où les foules qui vont au stade sont bien plus importantes, pouvoirs publics et sportifs ont opté pour le dialogue avec les supporters, leur représentation dans les instances, leur association à la vie des clubs – lesquels ont aussi veillé à maintenir des prix compatibles avec un public populaire.

Si le ministère des Sports défend désormais le principe d’un tel dialogue, sur le terrain, la situation empire, et la doctrine de la répression-provocation est maintenue. En particulier par la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), cornaquée par le commissaire Antoine Boutonnet auquel le ministère de l’Intérieur laisse les coudées franches – notamment pour verser les ultras dans la catégorie des hooligans – lui-même reconnaissant… qu’il n’y a quasiment pas de hooligans en France.

Brimades et provocations des forces de l’ordre semblent relever d’une stratégie de la tension qui recherche les incidents pour discréditer les supporters et dissuader la contestation. On en a eu un exemple lors de Le Havre-Lens (Ligue 2), où une intervention de la police hors de la tribune (lacrymogènes, tirs de flashballs et matraquages sur un groupe comportant des enfants) a précédé des jets de sièges à l’intérieur de celle-ci. Plusieurs récits indiquent la gestion désastreuse et dangereuse d’un déplacement qui n’avait aucune raison de dégénérer, mais qui a pris la tournure d’un traquenard pour les groupes Red Tigers et North Devils.

CENSURER LA CONTESTATION

Gervais Martel, président discrédité d’un Racing en décomposition qui cherche un repreneur, a réagi – sous pression de la Ligue – en interdisant l’accès du stade Bollaert à tous les membres du groupe des Red Tigers [2] : une punition collective impliquant l’utilisation des fichiers du club… c’est-à-dire une application anticipée de la loi Larrivé.

C’est bien un affrontement qui est recherché, et le rapport de forces se durcit. Pour ce qui est de juguler les protestations, on observe plutôt l’effet inverse. Les banderoles se multiplient dans les stades, et le très symbolique Saint-Étienne-Paris SG du dimanche 31 janvier a été la scène d’une brève grève symbolique des encouragements puis d’une succession de banderoles ironiques, ciblant notamment la politique du club parisien – en pointe de l’expropriation et de la discrimination discrétionnaire des supporters – ainsi que la proposition de loi Larrivé. Suscitant l’ire de ses dirigeants parisiens. Et comme on ne s’en prend pas sans risque à cette puissance du football français, également co-diffuseur du championnat, la Ligue a annoncé l’ouverture d’une enquête, tandis que l’AS Saint-Étienne déclarait avoir „diligenté“ la sienne, „interne“. Les messages stéphanois ne relevant ni de l’injure, ni de la diffamation, on comprend que l’objectif est d’interdire toute fronde et toute critique.

On ne peut pas reprocher à cette stratégie du choc son manque de cohérence ou de détermination : elle cherche à la fois l’interdiction des discours contrariants et l’exclusion de ceux qui en sont le plus souvent les auteurs. Il s’agit bien de faire des stades, non plus des lieux publics, mais des zones d’exception où la politique d’admission et la liberté d’opinion sont décidées par des sociétés privées que l’on laisse définir et exclure qui elle veut [3]. Ceux qui resteront devront pour leur part accepter leurs statuts d’aimables consommateurs et de citoyens de seconde catégorie.

TOUS PERDANTS

Le prétexte de la sécurité déguise très mal une volonté de mettre au pas les supporters, et la lutte contre le „hooliganisme“ se trahit comme prétexte d’une politique d’éviction, de musèlement ou de remplacement des supporters. Cette politique, qui compte sur la persistance de l’amalgame entre supporters, ultras et hooligans, sur le pourrissement de la situation, est menée grâce à la convergence des intérêts entre pouvoirs publics, forces de l’ordre, clubs et instances du football professionnel [4].

Il n’est pas dit que cette stratégie, même si elle l’emporte, fasse de ses commanditaires les gagnants de l’opération. L’exaspération actuelle crée les conditions d’un mouvement national des supporters, pour lesquels l’attention médiatique s’est accrue, y compris dans les médias spécialisés [5]. Le discrédit des autorités, la réalité de leurs mobiles, les dégâts et les incohérences de leur action peuvent difficilement être ignorés. À quelques mois d’accueillir des deux à trois millions de spectateurs de l’Euro, cette gestion a tous les traits d’une incompétence dont les conséquences pourraient être graves.

Du point de vue des clubs, une telle orientation paraît extraordinairement contre-productive : dans le contexte de l’inauguration de (coûteux) nouveaux stades, les chiffres de fréquentation sont alarmants (lire „Nouveaux stades, la peur du vide“). Certains dirigeants ont bien conscience de l’impasse à laquelle conduisent l’absence de dialogue et la poursuite du rêve malsain d’un football français débarrassé de ses plus fervents passionnés. On peut encore espérer en cette prise de conscience, et ainsi miser sur l’intelligence – même si ce n’est pas dans le football français qu’elle est la plus répandue.


[1] L’interdiction de la présence des supporters dans le centre-ville de Troyes, pour la réception de Rennes, a ainsi été justifié par l’affectation des forces de police… à la surveillance des soldes.
[2] Coïncidence troublante, le président de l’Association nationale des supporteurs (ANS), Pierre Revillon, est membre de l’association des Red Tigers. Il déclarait récemment au Monde : „Il n’y a aucune politique de gestion des supporteurs en France. Il n’y a qu’une politique de répression“.
[3] Ces desseins n’ont rien de nouveau, de la part du football professionnel comme des pouvoirs publics. Dès le début des années 2000, les clubs avaient tenté une reprise en main et quelques opérations de censure, suscitant le premier mouvement de fédération des associations de supporters, Union contre la répression (lire „Ultras, moderne solitude“).
[4] Elle est à mettre en parallèle avec la celle consistant, à la faveur de l’état d’urgence, à criminaliser les mouvements sociaux, à combiner arbitraire policier et privation de droits, et à limiter la liberté d’expression.
[5] On a toutefois eu un contre-exemple assez désolant mardi 2 février, avec un article de L’Équipe épousant le point de vue de la direction du PSG, ignorant le contenu des messages et négligeant totalement la question de la liberté d’expression.

Quelle: latta.blog.lemonde.fr, 04. Februar 2016

Dieser Beitrag wurde unter Allgemein, Frankreich veröffentlicht. Setze ein Lesezeichen auf den Permalink.

Schreibe einen Kommentar

Deine E-Mail-Adresse wird nicht veröffentlicht. Erforderliche Felder sind mit * markiert.